Les fibres : principale matière première des brosses

22 avril 2022 | blog, Savoir-faire

Les fibres sont la principale matière première des brosses. Nombreuses et variées, elles sont d’origine animale, végétale, métallique ou synthétique. Cette diversité permet de fabriquer des brosses pour tous les usages et environnements. Le choix des fibres est décisif car une brosse travaille avec cette extrémité.

Une brosse travaille avec ses fibres

Quatre catégories

Les fibres sont la principale matière première des brosses car elles constituent la garniture et composent les touffes fixées sur la monture lors de l’empoilage. Les fibres sont de quatre origines :

- les fibres végétales, originaires de pays chauds où les plantes donnent des fibres très résistantes : chiendent, tampico etc. ;

- les fibres animales, originaires de pays froids où les animaux développent des poils robustes : soies de porc, crin de cheval etc. ;

 

- les fibres métalliques, produites dans les pays tempérés : acier, laiton etc. ;

- les fibres synthétiques, produites dans les pays tempérés : nylon, PVC etc.

Des propriétés variées : résistance, résilience etc

Chaque catégorie comprend de nombreuses fibres, chacune possède des propriétés différentes : degré de rigidité, de résilience, de résistance à l'usure, l'eau, la chaleur, aux produits chimiques etc. Certaines fibres sont ondulées, en pointe, fourchues etc. La résilience en brosserie, capacité des fibres à revenir droites, est une caractéristique importante de ces matières. La connaissance de ces propriétés permet aux brossiers de concevoir des brosses pour tous les usages et tous les environnements. Dans des proportions différentes, tous les types de fibres sont employés dans toutes les familles de brosses.

Les critères de choix des fibres

Le choix des fibres est décisif car une brosse travaille avec cette extrémité. Les brossiers choisissent les fibres en fonction : - de l'objet à brosser : matière, forme, surface ; - de l’environnement d’usage de la brosse : humide, présence de produits chimiques etc. - du but recherché. La longueur, la densité et l’orientation des fibres sur une brosse font varier leurs effets. En brosserie, la longueur des fibres est appelée tirure.

La préparation des fibres

Les fibres naturelles : spécificités

Les fibres naturelles, végétales et animales, nécessitent des préparations complexes en amont de la brosserie. Les matières sont récoltées, soigneusement nettoyées, lavées, peignées, mises en bottes, expédiées. Ces opérations sont une industrie à part entière, généralement implantée sur le lieu d’origine des matières. Les fibres naturelles sont irrégulières, donc difficiles à travailler mécaniquement. Venant de pays lointains, leur approvisionnement est souvent aléatoire et dépendant de la géopolitique. Aujourd’hui les fibres naturelles sont souvent remplacées par des fibres synthétiques. Au sein des entreprises brossières, celles-ci font l’objet de recherches importantes pour reproduire les propriétés des fibres naturelles. Cependant les matières naturelles conservent des qualités incomparables. Pour des raisons techniques ou économiques, on mélange souvent des fibres naturelles et synthétiques.

Les préparateurs des fibres

Avant d’être employées en brosserie, les fibres passent par des préparateurs, un savoir-faire rare maintenu en France. Les préparateurs réalisent des mélanges de différentes natures, qualités, longueurs etc., selon les directives des brossiers et les types brosses à fabriquer. La préparation des fibres animales requiert un savoir-faire spécifique, dans certains cas, manuel.
Une brosse travaille avec ses fibres

Nos dernières parutions

Les brosses : passé, présent, futur