Brosses et Histoire

BROSSES DES POILUS ET DES SOLDATS
2nde moitié du 19ème siècle –
1ère moitié du 20ème siècle
Bois, métal, soies blanches et noires

Les soldats de la Première Guerre
mondiale utilisaient 5 brosses
réglementaires et leurs accessoires :

1 Sac de rangement
2 Brosse à habits
3 Brosse à boutons dite comète
4 Patience et boutons d’uniforme
5 Brosses doubles à chaussures
6 Brosse à reluire (matriculée)
7 Brosse d’arme
8 Boite à graisse et à cirage

La brosse à boutons est connue depuis le
19ème siècle. On glissait les boutons dans la patience, planchette fendue qui évitait de salir le tissu. La brosse double a un côté décrottoir (noir) et un côté cirage (blanc), elle est faite de deux brosses réunies, son manche en biseau sert aussi de décrottoir. Les brosses à habits et à chaussures ont été distribuées aux soldats au moins du 18ème au 21ème siècle.

Coll. Fédération Française
de la Brosserie

La brosse en état de guerre : une exposition de la Fédération Française de la Brosserie, en association avec l'artiste Catherine Videlaine

Saint-Félix (Oise), Moulin - Brosserie,

8 avril - 1er Juillet 2018

Quels sont les liens entre la Grande Guerre et la brosserie ?

En 2018, la Fédération Française de la Brosserie a commémoré la fin de la Première Guerre mondiale en mettant en lumière un aspect peu connu de la vie quotidienne des soldats : les cinq brosses réglementaires, indispensables à l’entretien de leur équipement.

Leur havresac contenait une brosse à habits, une brosse à boutons, une brosse double à chaussures, une brosse à reluire et une brosse d’armes. Mais pas encore de brosses à dents, un achat personnel !

Les brosses des poilus ont fait l’objet d’une étude de la Fédération Française de la Brosserie et d’une exposition au Moulin Musée Brosserie de Saint-Félix (Oise). Les recherches ont été menées dans les archives et les musées.

L’exposition a fait le lien avec les brosses actuelles en montrant les brosses de même type, toujours fabriquées en France. La mini-exposition de la Fédération complétait la présentation.

Les modèles de brosses des poilus sont-ils toujours fabriqués ?

La brosse à habits et les deux variétés de brosses à chaussures (à reluire et double) sont toujours produites. La brosse double à chaussures est d’ailleurs parfois appelée brosse militaire ou brosse décrottoir. Elle comporte un côté de fibres noires pour décrotter et un côté de fibres claires, pour cirer. L’extrémité du manche comporte un biseau, aussi pour décrotter.

On trouve mention des brosses à habits et à chaussures dans les armées au moins depuis le 18eme siècle. La brosse d’arme servait à nettoyer celle-ci mais non l’intérieur du canon, cette brosse et celle à boutons ne sont plus utilisées, cette dernière depuis les années 1930-1940.

Existe-t-il encore des brosseries ayant fourni l’armée ?

L’armée, propriétaire des brosses, les remettait aux soldats, elles étaient inscrites dans le livret militaire et matriculées (numérotées). Les soldats les rendaient à l’armée.

Compte tenu du nombre de mobilisés, ces brosses représentaient des marchés importants. Elles figurent dans les catalogues des brossiers avec les accessoires complémentaires : le martinet pour battre les uniformes, la patience, planchette en bois fendue pour glisser les boutons et les cirer avec la brosse.

De nombreuses brosseries ont approvisionné l’armée. L'une d'entre elles existe toujours, la brosserie Savy aujourd’hui brosserie à peindre et autrefois brosserie de ménage.

FFB-2017-6785
Brosses-et-poilus

Pourquoi le Moulin-Musée de Saint-Félix ?

Le Moulin-Musée de Saint-Félix est un site majeur du patrimoine industriel brossier de France et de l’Oise. Ce département est le berceau de la cette industrie depuis la fin du 18eme siècle et toujours la principale région brossière de France. Le moulin-musée occupe l’ancienne brosserie Autin, il a conservé sa roue hydraulique et ses machines. Ce lieu de mémoire permet de découvrir la fabrication des brosses et les conditions de travail des brossiers, ouvriers et patrons, au 20eme siècle. Durant la Première Guerre, situé à moins de 100 km du front, la ville de Saint Félix a été zone des armées et de cantonnement. 34 ouvriers brossiers ont été mobilisés.

Des brosses d’hier à l’art d’aujourd’hui

Pendant toute l’exposition, le Moulin-Musée a accueilli les installations, performances et œuvres d’un groupe d’artistes réunis autour de Catherine Videlaine (1). Cette plasticienne a mené de 2014 à 2019 dans de nombreux lieux, un projet d’envergure sur la guerre de 14-18 : les Mises à feu de champs de bataille miniatures et d’allumettes-soldats sacrifiés. Les œuvres créées ont utilisé des brosses et rendu hommage aux soldats brossiers. Autour du moulin, ont poussé des tranchées de fibres brossières, des écouvillons géants comme autant de canons etc. Une brosse a été décorée de la croix de guerre pour service fidèle, des coquelicots ont poussé dans les fibres d’un balai comme sur un champ de bataille.

(1) Marie Barbé, Marie-France Casellas, Zandrine Chiri, Vincent Curly, Régine Lanoë, Mary-Boo.

La Fédération Française de la Brosserie

11 rue de l'Arsenal

75004 Paris

01 48 87 67 77

contact@ffbrosserie.com