Brosses et Histoire

Hermes (Oise), témoin vivant de la brosserie

Hermes, Mairie

14-15 septembre 2019 (Journées du Patrimoine)

Les débuts de la brosserie dans l’Oise et à Hermes

L’Oise est le berceau de la brosserie en France et toujours sa principale région. Cette activité débute là en 1810 avec la fabrication de brosses à dents. Elles sont produites par des tabletiers de la région de Méru, au sud du département, à une dizaine de kilomètres de Hermes. Ces fabricants étaient spécialisés dans les petits objets (boutons, éventails etc.) en matières dures (os, bois, nacre, ivoire etc.). Après la Révolution, ils se tournent vers les brosses à dents qui se développent avec l’hygiène.

Vers 1830 cette production s’étend à la vallée du Thérain où se situe Hermes. Cette vallée devient un foyer de la brosserie. Elle et l’Oise bénéficient de la proximité de Paris et se spécialisent dans les “articles de Paris” et la brosserie de toilette. Cette industrie prend un essor considérable. Entre 1900 et 1914, elle emploie, dans une centaine de communes, plus de 6000 ouvrières et ouvriers.            

Une filière et un patrimoine vivants

Hermes, à 18 km de Beauvais, la préfecture, est significative de la brosserie du 19ème au 21ème siècle. Toute la filière est représentée, cette petite commune abrite toujours des entreprises de préparation de fibres (Brigaud SAS), de préparation de montures (Fournival), et une unité logistique de LBD (La Brosse et Dupont), principale brosserie française. Hermes conserve aussi plusieurs bâtiments d’architecture industrielle brossière, et une île où les tabletteries et les brosseries étaient concentrées.

A l’initiative de Frédéric Brigaud, préparateur de fibres, ce patrimoine vivant a été étudié et présenté lors d’une exposition à la Mairie, pendant les Journées du Patrimoine. Les brossiers, ouvriers, patrons et descendants, ont apporté leurs témoignages et collections. La mairie conserve les panneaux de l’exposition qui retracent cette histoire. Des démonstrations manuelles ont eu lieu : préparation de soies, contreperçage de montures, montage de brosses. Ces techniques ne sont maîtrisées que par quelques ouvrières et ouvriers.

Des conditions propices à l’essor de la brosserie

Hermes partage avec l’Oise les facteurs d’implantation de la brosserie : proximité de Paris, présence de routes et du train, et de main d’œuvre. En plus, elle possède de l’énergie hydraulique et un tissu industriel ancien. Celui-ci comprenait des moulins actionnant des scieries et des tabletteries qui pouvaient produire des montures de brosses, en bois et en os. Ces conditions ont attiré les brossiers d’autres villes.

Aux 19ème et 20ème siècles, une vingtaine de brosseries, de préparateurs de montures et de soies, se succèdent à Hermes. Ces entreprises sont de profil variés : petites ou grandes, traditionnelles ou novatrices, à l’image de la brosserie de l’Oise.

Le tournant des 19ème et 20ème siècles est marqué par la forte croissance de cette activité, et l’apparition de préparateurs de soies indépendants. L’ensemble du secteur emploie plusieurs centaines d’ouvrières et ouvriers, les femmes sont le plus souvent monteuses de brosses à domicile, les hommes préparateurs de montures en usine. Un puissant syndicat ouvrier voit le jour.

L’évolution des brosses de toilette

La production des brosseries de Hermes illustre particulièrement bien l’évolution des brosses de toilette. Au 19ème siècle, elles fabriquent, à la main, principalement des brosses à dents et à ongles, en os et en soies. Au 20ème siècle, elles intègrent le machinisme et les matières synthétiques, déposent des marques et brevets. Elles produisent alors toutes les sortes de brosses de toilette (de bain, à moustache etc.) et, nouveauté, les brosses de maquillage : brosses à poudre, à cils (celles-ci produites en masse). Après la Seconde Guerre, les brosses à cheveux deviennent l’article en vogue.

Dans les années 1970, l’importante brosserie Lardenois innove dans tous les domaines (mécanisation, injection de montures) et, surtout, elle adapte sa distribution à l’apparition des grandes surfaces, en ajoutant des articles de coiffure et des produits de toilette.

Parallèlement, les petites entreprises, orientées vers le luxe, conservent les techniques traditionnelles dont la préparation des soies et des montures. Ces savoir-faire typiques de l’Oise sont toujours pratiqués à Hermes. Ces deux métiers, fournisseurs des brosseries, sont indispensables à la qualité des brosses.

(voir aussi la brosse dans l’histoire)

La Fédération Française de la Brosserie

11 rue de l'Arsenal

75004 Paris

01 48 87 67 77

contact@ffbrosserie.com