Fabrication et matières premières

Exposition Du menage a l'art- etapes-de-fabrication

Fabriquer une brosse ou comment assembler des fibres sur des montures ?

Fabriquer une brosse consiste à assembler des fibres et une monture, à la main ou à la machine. La fabrication des brosses comprend :

  • la préparation des montures (les montures en polymères sont injectées dans des moules, celles en bois sont tournées en menuiserie),
  • le perçage,
  • le garnissage ou empoilage,
  • les finitions, contrôles et conditionnement.

La fabrication mécanique

Le perçage et le garnissage sont effectués en parallèle sur une même machine. Un foret perce une monture vierge, un inséreur amène une touffe de fibres, la plie et, à la manière d'une machine à coudre, l'insère avec un morceau de fil métallique dans les trous d'une monture percée.
Le fil métallique se fiche dans la monture et fixe les fibres, grâce à un élément d'assemblage qui peut être soit une ancre, un minuscule carré, pour les brosses de petite taille telles les brosses à dent ; soit une boucle ou agrafe, pour les brosses plus grosses. Les fibres sont ensuite tondues, peignées, celles des brosses à dent sont meulées pour ne pas blesser. Les fibres synthétiques peuvent être effilées (épointées), fleurées, coupées à leur extrémité dans le sens de la hauteur pour former une pointe multiple.

Les machines, principales évolutions

La brosserie est l'aboutissement d'un siècle de mécanisation intense.

Durant la seconde moitié du 19ème siècle, apparaissent les premiers brevets de machines. A la fin du siècle, la machine dite "à présenter" se diffuse dans les brosseries, elle ne réalise que le garnissage : un ouvrier présente une monture percée devant un inséreur.  Au 20ème siècle, se succèdent : les machines semi-automatiques à percer et monter qu'un ouvrier guide ; les machines automatiques à percer et monter où un ouvrier place et retire les montures ; puis dans les années 80, la numérisation et la robotisation réalisent tout le cycle de production, de l'approvisionnement au conditionnement.

Le montage main

Le montage main est toujours pratiqué pour les brosses de toilette de luxe et les brosses industrielles particulières, impossibles à fabriquer mécaniquement.

Avant le montage, les montures des brosses sont :
- soit percées de part en part,
- soit percées verticalement au deux-tiers, puis contrepercées longitudinalement.

Le contreperçage manuel, opération virtuose, consiste à percer la monture dans sa longueur, avec un foret souple, pour relier les trous verticaux. Les trous horizontaux permettent à la monteuse d’introduire un fil plié en deux. Puis dans les trous verticaux, elle attrape le fil au crochet, forme une boucle, passe une touffe (quantité exacte de fibres pour combler le trou) et la tire dans le trou. Le processus est répété à chaque trou et comble, boucle après boucle, le corps de la brosse. Ces opérations peuvent être réalisées par des déficients visuels.

Pour les brosses fines et de toilette montées main, on utilise des montures de qualité exceptionnelle en bois exotiques, plexiglas transparent, (autrefois ivoire). Une fois sciée, les ébauches sont façonnées et finies à la main avec un soin extrême. L'emploi de bois précieux, provenant de stocks anciens est possible car, une fois les fibres usées, la monture peut être regarnie  et conservée indéfiniment.

Les montures, matières et fabrication

Les matières premières des montures de brosses sont des matières dures, régulières, supportant le perçage mécanique, majoritairement végétales (bois) ou synthétiques. Les métaux sont aussi employés pour les manches à balais et surtout pour les brosses industrielles. Le répertoire des formes de montures, notamment de brosses de ménage, de toilette, de pinceaux, est assez établi même s'il donne lieu à des variations.

Les bois et leur façonnage

Le bois est la matière traditionnelle des montures appelées aussi bois de brosses. Les brosseries et les fabricants de montures privilégient les bois issus de forêts gérées de façon durable, certifiés PEFC et FSC.. La principale essence utilisée est le hêtre, bois autochtone, courant, résistant, qui ne craint pas l'eau et sèche vite. Il convient notamment aux brosses de ménage, de toilette, et aux brosses à peindre (pinceaux pour le bâtiment) qui seront mouillées. L'hévéa sert aussi pour les brosses de ménage et les brosses à peindre. Le pin maritime ou pin des Landes (pinus pinaster), rectiligne, fournit des manches à balais. De nombreuses autres essences ont aussi été utilisées : aulne, bouleau, chêne, frêne, peuplier etc.

Des essences exotiques aux qualités esthétiques (olivier, citronnier, bubinga, sappelli, avodiré) servent pour les brosses de toilette. L'ébène et le palissandre sont réservés aux brosses montées à la main (principalement de toilette) car, une fois leurs soies usées, la monture peut être conservée et regarnie.

La fabrication des montures en bois, autrefois effectuée dans les brosseries, est aujourd'hui majoritairement réalisée par des fabricants de bois de brosses spécialisés qui utilisent des techniques de menuiserie, de tournage sur bois etc. Dans des planches débitées en morceaux, les montures sont tracées, découpées, façonnées etc. La préparation des montures de brosses haut de gamme (brosses de toilette, brosses à habits, à chaussures) demande un savoir-faire particulier et nécessite une quinzaine d'opérations, celles de finissage sont minutieuses : ponçage, polissage, lustrage, teinture, vernissage.

Les montures synthétiques

Comme pour les fibres, les montures en matières de synthèse dites plastiques remplacent de plus en plus les matières naturelles pour des raisons de coût, d'approvisionnement, de régularité, et aussi de possibilités d'innovations. Les polymères les plus utilisés sont les thermoplastiques : le polypropylène (PP), le polychlorure de vinyle (PVC), le polyamide (PA) et le polytéréphtalate d'éthylène (PET). Les plastiques recyclés et biosourcés sont de plus en plus  employés..

Les montures en plastique servent pour tous les types de brosses : de ménage, de toilette, brosses à peindre, pinceaux d'art, brosses industrielles. Associées aux fibres synthétiques, les plastiques ont fait évoluer l'esthétique des brosses, leurs couleurs. Ils ont permis de travailler l'ergonomie des montures, leur design, leur toucher.

Ces montures sont fabriquées en plasturgie par injection de granulés de polymères dans des presses à injecter équipées de moules à la forme des montures. La bi-injection de deux polymères produit les montures bi-matières qui combinent des propriétés, couleurs et textures différentes. Certains fabricants de brosses ont intégré l'injection de leurs montures.

(voir les brosses dans l'histoire pour les plastiques anciens)

Brosse-habits-1950
La Fédération Française de la Brosserie

11 rue de l'Arsenal

75004 Paris

01 48 87 67 77

contact@ffbrosserie.com