Les brosses dans l'histoire

 

" Le monde des objets se divise en deux : 
  • ceux pour lesquels il existe une brosse pour les nettoyer ;
  • et ceux pour lesquels une brosse a été utilisée pour les fabriquer "
Muriel Rousseau

Historienne des techniques, Commissaire de l'exposition Du ménage à l'art

Principaux repères

L'histoire des brosses, balais et pinceaux, concerne de nombreux domaines : l’archéologie, l’histoire de l'habitat, de l'art, du corps (beauté, coiffure, maquillage), l’histoire de l'industrie, des techniques, du commerce. Dans chacun, beaucoup reste à découvrir.

Période préindustrielle

- 10 000 ans av. J.C : des pinceaux servent pour les grottes à la fin du Paléolithique Supérieur

- Égypte ancienne : usage de balais, brosses à cheveux, pinceaux d'art et de maquillage

- 2500 ans av. J.C : invention légendaire du pinceau en Chine

- 3ème siècle av. J.C. : date du plus ancien pinceau retrouvé en Chine ?

- Civilisation gallo-romaine : usage de balais de végétaux

- 12ème siècle : le moine germanique Théophile cite des pinceaux de poils fins dans son Traité des divers arts

- Vers 1300 : mention du mot brosse comme ustensile de nettoyage

- 1437 : Cennino Cennini décrit la fabrication des pinceaux dans son Le Livre de l'art Traité de la peinture

- 1486 : statuts des vergetiers, fabricant de vergettes (de verge : baguette en bois), brins de bruyère ou de soies (de porc ou de sanglier) servant à nettoyer les habits

- 15ème siècle : invention en Chine de la brosse à dents

- 1597 : mention du métier de brossier, synonyme de vergetier

- Vers 1730-1750 : invention de la tôle, elle permet de fabriquer des viroles de pinceaux

- Fin 18ème siècle : fabrication de brosses à dents en série en Angleterre

Période industrielle

- 1810 : début de la fabrication de brosses à dents dans l’Oise

- Milieu 19ème siècle : premiers brevets de machines à monter les brosses

- Fin du 19ème siècle : premiers plastiques pour les montures : celluloïd, galalithe

- 20ème siècle : progression et automatisation des machines à percer et monter les brosses

- 1933 : invention de plexiglas, très utilisé après-guerre pour les montures transparentes

- 1935 : invention du nylon, utilisation pour les fibres des brosses à dents puis les autres brosses

- Après-Guerre : diffusion des synthétiques pour les fibres et de l’injection de montures thermoplastiques

Années 1960-1970 : vente en grande distribution des brosses de ménage, de toilette et brosses à peindre

Années 1980 : début de la robotisation et de la numérisation.

Les Ets Lardenois à Hermes (Oise), montage mécanique de brosses vers 1950. Coll.part.

L'industrialisation de la brosserie, fruit de la révolution hygiénique

Du vergetier au brossier

Du Moyen Age au 19ème siècle, le brossier est le plus souvent appelé « vergetier ». Il fabriquait des « vergettes » qui désignaient des « petites branches », puis « des brins de bruyère ou de soies (de porc ou de sanglier) réunis en poignée pour nettoyer les habits ». Leur synonyme « brosse » est connu au 14ème siècle, et « brossier » au 16ème siècle. Sous l’Ancien Régime, les vergetiers ou brossiers travaillent en corporation. A partir du 19ème siècle, les termes « brosses » et « brossiers » l’emportent peu à peu. 

La brosserie dans l’Oise

Au 19ème siècle, La brosserie fine (brosses de toilette et de ménage haut de gamme) se développe dans l’Oise. Vers 1810, des tabletiers de la région de Méru se tournent vers les brosses à dents dont la demande croît avec l’hygiène. Ces fabricants, spécialisés dans les petits objets (jeux, boutons, éventails …) en matières précieuses, dures (nacre, ivoire, bois, os …), peuvent fabriquer et percer des montures de brosses. Proche de Paris, l’Oise dispose de main d’œuvre et de voies de communication, elle va spécialiser dans les “article de Paris” et la brosserie de toilette.

La brosserie prend un essor considérable. Essentiellement manuelle (surtout le montage par des brossières à domicile), cette activité emploie à son apogée vers 1900-1914 plus de 6000 ouvrières et ouvriers dans près de 100 communes. L’Oise s’impose comme la première région brossière de France. Elle exporte dans le monde entier, notamment ses brosses à dents au renom mondial. Les crises, la mécanisation, la concurrence étrangère, l’évolution de la distribution, conduiront au recul de la brosserie au fil du 20ème siècle.

Toutefois, les savoir-faire ont été transmis, adaptés et valorisés, au sein des brosseries de l’Oise, toujours en activité et adhérentes à la FFB : La Brosse et Dupont, La Brosserie Française, Fournival, Desjardins et Brigaud (préparation des fibres).

brosse-a-cheveux

Brosse à cheveux "Empire State Building", Fournival

Préparation d'une monture de brosses à cheveux, Fournival-Altesse

Expansion et mutations

Au tournant des 19ème et 20ème siècles, des brossières et des brossiers, artisans indépendants, fabriquent un peu partout en France des brosses de ménage, ils vont disparaître à mesure que l’industrie brossière et ses différents secteurs s’étendent dans tout le pays en croissance.

La plupart des villes comptent d’importantes brosseries de ménage, Saint-Brieuc (Côte d’Armor) se spécialise dans les pinceaux d’art, Charleville (Ardennes) et La Capelle (Aisne) dans les brosses à peindre. Les régions portuaires et industrielles (les usines emploient de nombreuses brosses spécialisées) font prospérer la brosserie technique.

Au 20ème siècle, la brosserie épouse les grandes transformations de l’industrie :  mécanisation, automatisation, robotisation ; évolution des matières premières vers les plastiques ; croissance de la taille des entreprises et concentration ; concurrence internationale. La montée de la grande distribution et les changements de mode de vie et de consommation, sont aussi des facteurs d’évolution constante de la brosserie.

La majorité du secteur brossier est aujourd’hui mécanisée. Cependant, certaines fabrications ne peuvent l’être ; des pinceauteries, brosseries à peindre et brosseries fines, maintiennent des montages manuels virtuoses. Six entreprises sont labellisées "Entreprise du Patrimoine Vivant : EPV".

Le Moulin-Brosserie de Saint-Félix

Musee-moulin-brosseroe

Ici les goupillons "Hommage aux poilus" de Catherine Videlaine, exposés en 2018 au Moulin-brosserie de Saint-Félix.

Une visite s'impose si vous vous intéressez à cette histoire de la brosserie : le Moulin-brosserie de Saint-Félix, dernier vestige d’une activité industrielle très importante dans l’Oise, la brosserie fine en os et en bois.

Le moulin de St Félix a été classé monument historique en 1991, en raison de son ancienneté (au moins le XVIème siècle), de son équipement « tournant » exceptionnel (trois roues à aubes, dont une équipée d’un régulateur à boules) et de son architecture représentative de l’histoire industrielle de cette partie de la vallée du Thérain du XIXème siècle.

La Fédération Française de la Brosserie

11 rue de l'Arsenal

75004 Paris

01 48 87 67 77

contact@ffbrosserie.com